Castex promet des "investissements importants" à venir pour les hôpitaux

·2 min de lecture

Dans une interview à Ouest-France, Jean Castex _ qui est en déplacement samedi en Bretagne - a promis que des "investissements importants" seraient "annoncés dans les prochaines semaines" pour les hôpitaux.

Jean Castex a promis que des "investissements importants" seraient "annoncés dans les prochaines semaines" pour les hôpitaux, en plus du Ségur de la Santé, dans une interview à Ouest-France publiée vendredi. "Des investissements importants seront aussi annoncés dans les prochaines semaines, sans parler de la reprise d’un tiers de la dette hospitalière", a déclaré le Premier ministre au quotidien régional, à la veille d'une visite en Bretagne.

Interrogé par l'AFP, Matignon n'a fourni aucun détail sur ces investissements.

Dans le contexte de crise sanitaire, l'exécutif s'était déjà porté au chevet du système hospitalier l'été dernier avec le Ségur de la Santé, qui a abouti à une enveloppe de 8,2 milliards d'euros de revalorisation salariale ainsi que 15.000 embauches. A cela s'ajoute la reprise de la dette hospitalière à hauteur de 13 milliards d'euros.

"Si des réformes doivent être engagées, elles le seront"

Louant la solidité du "système français", Jean Castex a toutefois appelé à "rester pragmatique et tirer les leçons d’une crise": "si des réformes doivent être engagées, elles le seront", a-t-il ajouté.

Jean Castex doit se rendre samedi en Bretagne: d'abord près de Brest pour l'inauguration du siège de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer); puis dans une entreprise près de Rennes, afin de faire la promotion du dispositif gouvernemental d'aide à l'embauche des jeunes. "Dès que je peux partir dans les territoires, je suis le plus heureux des hommes", a témoigné Jean Castex.

A Matignon "les mois comptent triple" comme "au Scrabble"

Interrogé sur l'exigence du poste de Premier ministre, il a estimé qu'elle était comparable "au Scrabble", à savoir que "les mois comptent triple". "Ce que je(...)


Lire la suite sur Paris Match