Castex dénonce des "violences inadmissibles" contre des élus et veut punir des "actes ignobles"

·2 min de lecture
Jean Castex lors des questions au gouvernement à l'Assemblée natonale le 7 décembre 2021 (photo d'illustration) - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
Jean Castex lors des questions au gouvernement à l'Assemblée natonale le 7 décembre 2021 (photo d'illustration) - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

Le Premier ministre Jean Castex a dénoncé ce mardi comme des "violences inacceptables" la multiplication des agressions et des menaces de mort contre des élus avant le débat à l'Assemblée nationale sur le pass vaccinal, promettant de punir ces "actes ignobles".

"Toute violence est inacceptable dans une société démocratique", a affirmé Jean Castex, en réponse à une question du député LREM de l'Oise Pascal Bois dont le garage a été incendié la semaine dernière.

"Actes ignobles"

"Mais s'agissant de dépositaires de l'autorité publique, de dépositaires du suffrage universel, alors le recours à la violence, c'est la démocratie, le pacte républicain qu'il vient menacer", a-t-il souligné. "Il n'y a pas d'autre voie que la répression face à ces actes ignobles", a ajouté le chef du gouvernement.

876450610001_6289925526001

Les agressions et les menaces de mort se sont multipliées ses dernières semaines, principalement à l'encontre de députés de la majorité qui doit approuver cette semaine la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal.

Au cours des derniers jours, plusieurs d'entre eux ont publié sur les réseaux sociaux les menaces de mort qu'ils ont reçues, jusqu'à celle de "décapitation sur la place publique" et annoncé leur intention de porter plainte.

Une référente nommée pour "recueillir les signalements"

Les élus de la majorité demandent une "condamnation unanime" de tweets comme celui du candidat pro-Frexit à la présidentielle Florian Philippot qui a promis de "communiquer abondamment sur les noms des coupables", en d'autres termes les députés qui approuveront le pass sanitaire.

Face à ces menaces, le président (LREM) de l'Assemblée nationale Richard Ferrand doit faire un "point précis" en janvier avec les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Éric Dupond-Moretti. La date n'est pas encore fixée.

Une référente a été désignée fin novembre au sein des services de l'Assemblée nationale pour "recueillir les signalements" et "conseiller" les élus. Mais les agressions ne se limitent pas aux députés: fin novembre, la voiture du maire LR de Briançon Arnaud Murgia a été incendiée.

Le président de l'Association des maires de France (AMF) David Lisnard avait alors fait un "constat indéniable: il y a une augmentation des agressions contre les maires ou leurs adjoints, qu'elles soient physiques, verbales ou psychologiques". Le président de l'AMF doit lui aussi rencontrer prochainement Eric Dupond-Moretti.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles