Castaner, Retailleau, Muselier sur la corrida : « Nos traditions doivent résister à l’écototalitarisme »

© Julien de Rosa/AFP

Des fêtes landaises aux fest-noz de Bretagne, du carnaval de Dunkerque au foie gras du Sud-Ouest, notre pays est riche de la multitude de ses traditions. Depuis toujours, elles sont l’âme de nos bourgs, de nos rivages, de nos plaines et de nos vallées. Elles font le sel de la vie et fondent notre identité.

Ces traditions, qui incarnent nos villes et nos villages, brillent au-delà des seules « frontières locales ». Elles sont partagées avec passion par les jeunes générations. Pour preuve, l’engouement pour les langues régionales, l’apprentissage des arts locaux ou encore le succès des festivals de toute nature qui s’appuient sur un grand nombre de bénévoles.

C’est la mosaïque de nos traditions qui fait l’identité de la France, mais aussi son rayonnement culturel et son attractivité touristique. Nombre d’entre elles sont d’ailleurs inscrites au patrimoine immatériel de l’Unesco ou le seront prochainement. Mésestimer leur importance reviendrait à renier ce que nous sommes.

"

Interdire la corrida, c’est humilier une partie de nos concitoyens

"

C’est vrai, toutes ne jouissent pas de la même popularité, et cela entraîne d’âpres débats entre nos concitoyens ainsi qu’au Parlement. S’il est normal que nous nous posions régulièrement la question de l'acceptation de nos traditions et de leurs évolutions, souhaitons-nous pour autant basculer dans une société qui viendrait nier les traditions de certains territoires ? Notre force n’est-elle pas précisément d’avoir réussi à forger notre nati...


Lire la suite sur LeJDD