Castaner moque la candidature de Mélenchon

·2 min de lecture

Christophe Castaner a raillé la déclaration de candidature à la présidentielle, conditionnée à l'obtention de 150 000  signatures de parrainage. "J’ai vu qu’il a dit 'mais'. J’ai l’impression que c’est un mini mais pour un gros moi, un énorme moi", a-t-il déclaré. 

Candidat à la présidentielle 2012, puis à celle de 2017, Jean-Luc Mélenchon est en voie de rempiler. Dimanche soir, au 20 heures de TF1, le leader de la France Insoumise a évoqué sa candidature et les conditions à laquelle elle est soumise. «Je suis prêt et je propose ma candidature. Mais -il y a un mais- je demande une investiture populaire par conséquent je serais candidat définitivement si seulement si j’ai recueilli 150 000 signatures de parrainage. A ce moment là, je me sentirais investi par le peuple», a-t-il déclaré face à Anne-Claire Coudray. Il a également enchaîné par une soirée en direct sur les réseaux sociaux s'exprimant sur Twitch, TikTok, Instagram, YouTube, Facebook, Twitter.

"Rien de nouveau sous le soleil"

Christophe Castaner, invité de l’émission «C à vous » sur France 5 lundi soir, a réagi à cette déclaration de candidature. «J’ai écouté Jean-Luc Mélenchon, j’ai vu qu’il a dit "mais". J’ai l’impression que c’est un mini mais pour un gros moi, un énorme moi chez Jean-Luc Mélenchon. C’est à contre-temps. Le 20 août, il déclarait : compte tenu de la pandémie, de la crise sanitaire qu’on connaît, parler d’une candidature serait à contre-temps (...) Le 20 août on était un peu moins dans la tension qu’on connaît aujourd’hui. Donc oui c’est un contretemps, ce n’est pas une surprise. C’est quasiment mot à mot la même déclaration sur le journal de TF1 que pour 2017. Rien de nouveau sous le soleil».

Mardi, à midi, le site de parrainage du candidat des Insoumis affichait déjà plus de 119.000 signatures. «Une belle surprise, ça va plus vite qu'on l'avait anticipé», a commenté le député LFI Adrien Quatennens sur LCI.


Lire la suite sur Paris Match