Une casserole anti-adhésive abîmée peut libérer des milliers de particules de plastique

Pixabay.com

Sel, poivre et beaucoup de micro plastiques pour finir la recette. Ce dernier « ingrédient », loin d’être utile gustativement, s’invite pourtant dans les plats cuisinés avec des casseroles et des poêles anti-adhésives usées par le temps. C’est la conclusion d’une étude réalisée par des chercheurs, publiée dans la revue Science of The Total Environment. En plus de ne rien apporter aux recettes, ces micro et nano plastiques représentent un risque, de par la quantité importante de particules relâchées par des ustensiles en téflon défectueux. Une simple fissure à la surface d’une poêle ou d’une casserole peut libérer environ 9 100 particules de plastiques et pas moins de 2,3 millions de microplastiques et nanoplastiques pour un revêtement très endommagé sur un temps de cuisson de seulement 30 secondes.

Pour arriver à ces résultats, l’équipe de chercheurs a utilisé la technique de spectroscopie Raman - qui permet d’observer la composition moléculaire et la structure externe d’un matériau - afin d’étudier les microplastiques et les nanoplastiques sur un revêtement en téflon au niveau moléculaire. Des algorithmes sur mesure combinant l'ACP (Analyse en composantes principales) et un algorithme basé sur l'algèbre ont même été élaborés pour calculer la quantité de ce revêtement susceptible de se retrouver dans les aliments.

Pour arriver au résultat de 2,3 millions de particules relâchées, les scientifiques ont découpé un ustensile en téflon en morceaux puis ont simulé un processus de cuisson (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Alzheimer : dormir moins de 7 heures pourrait être un facteur de risque
Les injections de Botox bénéfiques contre les troubles érectiles, selon une étude
Des champignons hallucinogènes testés contre la dépression
Stress, infections, épuisement : les effets néfastes des transports en commun pour la santé
Alzheimer : selon des chercheurs, la bière protègerait de la maladie