"Ils ont cassé ma porte" : en Belgique, des affrontements entre Kurdes et Turcs

Le 24 mars, à l’occasion de la fête de Newroz – le Nouvel An kurde –, des groupes de la communauté turque ont agressé une famille kurde, entraînant une vague de violences dans certaines villes belges. Les membres de deux diasporas se sont affrontés pendant une semaine, un épisode de violence à l’intensité inhabituelle.

Le conflit entre la Turquie et le PKK – le parti socialiste et indépendantiste kurde – s’importe en Belgique. Le 24 mars, des groupes de nationalistes issus de la diaspora turque ont agressé une famille kurde. Des exactions qui ont entraîné une réponse, parfois violente, de la communauté kurde.

C’est un conflit vieux de plus de 40 ans qui s’importe en Belgique. Depuis les années 1980, le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, mène une guerre contre la Turquie. Ce parti dit représenter les intérêts de la minorité kurde de Turquie, une ethnie de 40 à 60 millions d’individus répartie entre le sud de la Turquie, le nord de la Syrie, l’Irak et l’Iran. Pour le gouvernement d’Erdogan, la lutte contre le PKK est une priorité nationale.

En Belgique, c’est lors de passages à tabac et d’attaques de commerces, parfois avec des armes à feu, que Kurdes et Trucs se sont affrontés. Les troubles ont été d’une rare violence. Pendant une semaine, les troubles ont eu lieu dans plusieurs villes de Belgique comme Bruxelles, Gant, Liège et surtout Heusden-Zolder.

De son côté, la diaspora kurde a également répondu aux exactions turques par des attaques de locaux appartenant à la diaspora turque.

Dans la soirée, les heurts entre groupes turcs, kurdes et la police ont continué.


Lire la suite sur Les Observateurs - France 24