Un Casque bleu de l'ONU tué dans l'est de la République démocratique du Congo

© Alex McBride / AFP

L'ONU a annoncé la mort d'un de ses Casques bleus dans l'est de la République démocratique du Congo. Le soldat a été tué par balle vendredi lors d'une attaque conduite par une milice locale au camp de la Monusco à Minembwe.

Un Casque bleu de l'ONU a été tué dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) lors d'une attaque conduite par une milice locale, a annoncé samedi l'ONU. Le Casque bleu a été tué par balle vendredi soir par des miliciens présumés du groupe Twirwaneho qui s'étaient présentés au camp de la Monusco à Minembwe, dans le Sud-Kivu, prétendument pour se rendre, selon un communiqué de la mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco).

Un possible crime de guerre

"Une attaque contre les Casques bleus de l'ONU peut constituer un crime de guerre", a souligné le Monusco. La Monusco n'a pas précisé la nationalité du soldat tué, mais selon un porte-parole de l'armée congolaise à Minembwe, il s'agirait d'un sergent et le camp est géré par le contingent pakistanais de la Monusco.

La milice Twirwaneho fait partie de la centaine de groupes armés qui entretiennent dans l'est de la République démocratique du Congo une insécurité permanente qui a fait plusieurs milliers de morts depuis une dizaines d'années. Cette milice prétend défendre les intérêts de la communauté banyamulenge, une minorité tutsi congolaise. L'ONU est déployée en République Démocratique du Congo depuis 1999 et dispose à l'heure actuelle d'un contingent de quelque 16.000 militaires.

Retrouvez cet article sur Europe1

VIDÉO - Veto russe à une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu condamnant l'annexion en Ukraine