"Cash Investigation" : les embarrassantes contradictions du vice-président de Coca-Cola sur le recyclage des déchets

Benoît Jourdain, Atelier des modules
Face à Elise Lucet, Michael Goltzman, le vice-président de Coca-Cola, a assuré que l'entreprise américaine se battait pour le recyclage des déchets. Une note de 2016 tend pourtant à prouver le contraire.

En janvier 2018, Coca-Cola promettait un "monde sans déchets" d'ici 2030. Une annonce faite par James Quincey, le président de la Coca-Cola Company.

Il faut tout faire pour favoriser le recyclage.

James Quincey, président de Coca-Cola

Communiqué de presse

Mais cette bonne intention ne pourrait être qu'un leurre, révèle "Cash Investigation" dans son dernier numéro "Plastique : la grande intox", diffusé mardi 11 septembre à 21 heures sur France 2. Les journalistes ont trouvé une note de travail datant des mois de février et de mars 2016, provenant de la responsable du lobbying de Coca-Cola à Bruxelles. Cette note recense, notamment, toutes les mesures voulues par l'Europe. Parmi celles-ci, une retient l'attention : l'augmentation des taux de collecte et de recyclage. Cette mesure est particulièrement ciblée par Coca-Cola, car la société ne veut pas du tout en entendre parler.

Un "vieux document"... datant de 2016

Pour obtenir des réponses, Elise Lucet s'est entretenu avec Michael Goltzman, le vice-président de la firme. Face à cette note de travail, il est catégorique.

Ce document ne reflète pas notre stratégie aujourd'hui. C'est un vieux document.

Michael Goltzman, vice-président de Coca-Cola

à "Cash Investigation"

La journaliste essaie de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Cette vidéo peut également vous intéresser :

A lire aussi