Carte verte : des tests partout... mais pas pour tout le monde

Olivier Véran a présenté le 7 mai le plan de déconfinement avec Edouard Philippe.

A première vue, c’est une bonne surprise ! En vue du déconfinement, le gouvernement a dévoilé ce jeudi 7 mai la fameuse carte des départements verts et rouges, aiguillonnée par trois critères : la circulation du virus, la place en réanimation à l’hôpital et « le taux de couverture des besoins en tests ». Pour chacun d'entre eux, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a présenté une carte spécifique. Et la troisième, celle des capacités de dépistage, est entièrement verte. Ce qui signifie que, selon le gouvernement, le système de santé pourra tester la population au-delà des besoins dans tous les départements. « La France est prête pour tester massivement », a martelé Véran.

Voilà qui tranche avec les inquiétants retards que Marianne racontait dès la mi-avril. Contrairement à d’autres pays, comme l’Allemagne, la France n’a pas pu organiser de campagne de dépistage massive dès le début de l’épidémie, en l’absence de disponibilité de tests virologiques (aussi appelés tests PCR). La faute à un manque d’anticipation, mais aussi à des blocages administratifs, par exemple l’interdiction faite aux laboratoires vétérinaires de traiter des prélèvements humains... Il faut donc croire que le gouvernement a, depuis, redressé la barre et mis la main sur des capacités suffisantes pour atteindre le nombre de tests qu’il estime nécessaire : 700.000 par semaine.

Lire la suite