La carte postale du Tour: Hugo Vargas, l'artisan supporter des Colombiens

Les cyclistes colombiens, très bons grimpeurs, pourront compter sur leurs nombreux supporters. Rencontre avec l’un d’entre eux ce matin : Hugo Vargas, aussi cycliste paralympique et artisan.

De notre envoyé spécial à Lourdes sur la route du Tour,

Il manie la pince comme la bicyclette. Adossé au mur d’un village des Pyrénées, Hugo Vargas tord et assemble des fils de fer :

« J’ai plusieurs modèles. Celui-ci vaut 10 euros… celui-là 20…Et celui en jaune comme le maillot du Tour coûte 25 euros. »

Sur un tapis devant lui, des petites figurines sur des vélos, unijambistes, comme lui.

« Quand j’avais 14 ans j’ai perdu ma jambe dans un accident de moto. A l’époque j’étais déjà cycliste. Ce drame a changé ma vie, mais j’ai pu remonter à vélo avec une seule jambe. Aujourd’hui je voyage partout le monde, j’ai la liberté de faire ça. J’avance doucement mais je peux profiter sur mon vélo », explique-t-il.

Naissance en Colombie, vie au Venezuela... sur son maillot, les deux drapeaux coexistent. Mais ce sont bien les coureurs de son pays natal qu’il supporte :

« Je suis très fan de tous. Nairito c’est un copain à moi… Bernal, Uran... je les connais tous, mais mon préféré, c’est Nairo Quintana ».

Déjà onze étapes qu’Hugo Vargas chemine sur ce Tour. À 55 ans, de la ville espagnole de Santander aux Pyrénées françaises, il n’est pas près de s’arrêter de rouler.

À retrouver aussi : les précédentes cartes postales du Tour de France


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles