La carte des pénuries d'essence en Bretagne après les blocages de dépôts pétroliers

Le HuffPost avec AFP

CARBURANTS - Des centaines de stations-service à sec. Depuis le début du blocage du dépôt pétrolier de Brest, débuté vendredi 29 novembre par des représentants du secteur du BTP, la pénurie d’essence ne cesse de progresser en Bretagne. 

Selon une carte collaborative mise en ligne sur le site du quotidien local breton Le Télégramme, le nombre des stations en rupture de carburant s’est considérablement élargi depuis samedi. Alors que samedi, les secteurs de Brest, Quimper et Lorient, dans le Morbihan, étaient principalement concernés, la pénurie s’est étendue dimanche à de nombreuses stations sur toutes les zones littorales ainsi qu’en centre-Bretagne, de même que Rennes et ses environs.

Ce lundi 2 décembre au petit matin, 316 stations étaient concernées, toujours selon l’outil collaboratif du Télégramme. 

Une carte à retrouver et à laquelle contribuer chez nos confrères du Télégramme:

Nos confrères du quotidien breton Le Télégramme proposent une carte interactive présentant la situation de la pénurie d'essence dans la région.

Sur cette carte, on voit en rouge les stations qui sont en rupture totale, en jaune celle qui ont des ruptures partielles (sur certains carburants) et en gris celles qui sont pour le moment encore approvisionnées. 

Conséquence directe de cette pénurie, le préfet du Finistère a pris dimanche un arrêté pour permettre l’approvisionnement des véhicules prioritaires

“Compte tenu du blocage en cours du dépôt pétrolier de Brest, de la diminution des stocks disponibles dans les grandes agglomérations et des difficultés d’approvisionnement qui en résultent pour les services chargés d’une mission prioritaire (...), à compter du dimanche 1er décembre, le préfet du Finistère a pris un arrêté réquisitionnant plusieurs stations-service du département (...) afin de permettre aux véhicules de disposer d’un accès réservé et de garantir la continuité du service”, précise cet arrêté.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post