CARTE. Aux Etats-Unis, le droit à l’avortement est de nouveau menacé

franceinfo
Les sénateurs de l'Alabama se sont prononcés mardi soir en faveur d'une interdiction quasi-totale de l'avortement dans le cadre d'une campagne nationale ayant pour but d'amener la Cour suprême des États-Unis à revenir sur ce droit constitutionnel reconnu depuis 1973.




C’est une nouvelle bataille autour de l’avortement que le Sénat de l'Alabama a engagée. En adoptant mardi 14 mai un projet de loi qui interdit presque totalement l'interruption volontaire de grossesse, les élus locaux s’opposent à une décision historique de la Cour suprême des États-Unis, qui reconnaissait en 1973 le droit des femmes à avorter.

La loi de plus en plus restrictive

En vertu de la jurisprudence Roe v. Wade, en effet, tant que le fœtus n'est pas viable, c’est-à-dire avant 24 semaines a minima, il est possible, selon la loi fédérale américaine, de choisir de le conserver ou pas. Mais en 46 ans, cette décision a cumulé les restrictions. État par État, les dispositions spécifiques se sont multipliées, contribuant à circonscrire l’application du droit à avorter.

En pratique, 42 États exigent que l’IVG soit pratiquée par un médecin agréé, et parfois dans un hôpital, 19 imposant même un deuxième avis médical. Encore faut-il que la patiente puisse effectivement trouver les professionnels ou l’établissement idoine dans un périmètre raisonnablement accessible.

42 États, encore, autorisent les hôpitaux à refuser de pratiquer les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi