"Cars Macron": la polémique enfle entre le ministre Djebbari et la mairie de Paris

1 / 2

La grève risque de "se prolonger dans les jours qui viennent", prévient le secrétaire d'Etat aux transports

Alors que se jouait ce jeudi le début de la mobilisation syndicale contre la réforme des retraites, une autre confrontation se trame en coulisses. Elle implique le secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, dont ce jeudi 5 décembre était un baptême du feu, et la mairie de Paris. Sur RTL, le ministre a accusé Anne Hidalgo de s'opposer à une augmentation des dessertes par "cars Macron" dans la capitale.

"On a un sujet de desserte à l'intérieur de Paris et vous savez que c'est à la main de la maire Anne Hidalgo, qui semble-t-il n'est pas tout à fait favorable à ce que les cars desservent plusieurs points dans Paris", a affirmé Jean-Baptiste Djebbari sur RTL.

Outre la gare de Bercy, seul point dans Paris autorisé jusqu'ici par la mairie, "nous avions proposé que ces cars desservent Denfert-Rochereau (sud), Châtelet (centre) et gare du Nord (nord)", a confié le secrétaire d'État. "C'est à la main de la maire de Paris et (...) celle-ci, semble-t-il, le refuse jusqu'à présent", a-t-il ajouté, jugeant cette position "assez dommageable".

"Manœuvre de diversion"

Le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, a tenu une conférence de presse spécifiquement pour répondre au ministre. Selon l'élu socialiste, Jean-Baptiste Djebbari "n'a jamais contacté la maire de Paris, ni ses services". 

"Après vérification, une saisine administrative pour des demandes exceptionnelles pour des points d'arrêt de cars" a bien été émise,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi