La carotte de sédiments la plus profonde prélevée dans l'océan Atlantique

Une carotte de sédiments a été prélevée à plus de 8 km sous la surface de l'océan Atlantique, dans la fosse de Puerto Rico. Elle va permettre d'étudier un écosystème souterrain des grandes profondeurs, l'un des très rares écosystèmes qui n'a pas encore été modifié par l'humain. Le faible taux de respiration de ces microbes intrigue les scientifiques.

Située entre la mer des Caraïbes et l’océan Atlantique, la fosse de Puerto Rico plonge à plus de 8 kilomètres sous la surface de la mer, ce qui en fait le point le plus profond de l’Atlantique. Une équipe de scientifiques américains embarquée à bord du navire océanographique Neil-Armstrong de l’institut océanographique Woods Hole y a mené une mission entre février et mars 2022 pour prélever des carottes de sédiments depuis une profondeur d'environ 50 mètres jusqu'à la profondeur maximale de la fosse à plus de 8 kilomètres de profondeur. Ils ont ainsi rapporté sur le pont du bateau une carotte cylindrique de 11 mètres qui devient la carotte la plus profonde jamais prélevée dans l’océan.

Si l’étude des sédiments océaniques existe depuis le milieu du XIXe siècle, elle a cependant connu un véritable essor à partir des années 1960, lorsque les techniques de forage en eaux profondes ont été mises au point. En 1999, l'institut océanographique américain Woods Hole a commencé à développer un nouveau système de carottage long en s'inspirant du système français Calypso Core équipant le navire de ravitaillement antarctique Marion-Dufresne. Le nouveau système baptisé WHOI Long Core a été mis en service en 2007 et est exploité depuis.

La carotte de sédiments la plus profonde de l'océan Atlantique. (© Paul Walczak, Oregon State University)

Une étude génétique des micro-organismes pour mieux comprendre leur adaptation

L’équipe de scientifiques dirigée par l’océanographe Steven D'Hondt de l'université de Rhode Island va maintenant s’atteler à l’étude génétique des différents micro-organismes qui vivent dans les sédiments du plancher océanique, notamment pour comprendre comment les microbes se sont adaptés aux différentes conditions de pression régnant dans la fosse et au peu d’énergie disponible dans ce monde souterrain profond pour soutenir la vie. Cet écosystème microbien, l'un des très rares écosystèmes qui n'a pas encore été modifié par l'humain, intrigue le scientifique par s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles