Caroline Roux (C dans l'air) dans l'intimité : elle évoque ses enfants et le "luxe de les avoir" auprès d'elle

·1 min de lecture

Ce sont des semaines bien chargées qui rythment le quotidien de Caroline Roux. Du lundi au jeudi, elle est aux commandes de l'émission C dans l'air sur France 5. Le matin à 7h40, elle est aussi aux commandes de l'interview politique Quatre Vérités dans Télématin, sur France 2. Un sprint pour cette mère de famille qui jongle entre son travail et l'éducation de ses enfants. "Comme toutes les femmes, je dois gérer la maison et le travail" avait-elle expliqué à nos confrères de Nice Matin en avril 2020. Un peu moins d'un an après cette interview, celle qui partage la vie de Laurent Solly, directeur général de Facebook France, se confie au Journal du Dimanche, ce dimance 21 mars, sur ses "moments de reconnexion" le week-end, seule, mais également en compagnie de ses quatre enfants. Pour Caroline Roux, le réveil au matin de ses enfants est un moment sacré !

Si elle a pour habitude de manquer le réveil quotidien de ses enfants en semaine, Caroline Roux apprécie ce moment chaque fin de semaine. Dans le JDD elle raconte : "C'est un luxe pour moi de les avoir un peu ensommeillés avec un bol de céréales." Des petits moments privilégiés qui contribuent à son épanouissement en tant que mère et femme à l'agenda professionnel bien chargé. "Ils me voient heureuse, et ils ont compris que, l'épanouissement d'une maman c'est aussi important que celui d'un papa", glisse-t-elle au Journal du Dimanche.

Habituellement discrète sur sa vie privée, Caroline Roux a également donné plus de détails sur sa (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - « Didier Raoult était très macho » : les confidences de Michèle Rubirola dans On est en direct
Donald Trump très moqueur au sujet des chutes de Joe Biden : « je n’ai pas pu perdre contre lui ! »
Olivier Véran : "cynisme et lâcheté" les maitres-mots de Marine Le Pen
Emmanuel Macron "défaillant" ? Christian Jacob grinçant avec le président
Gabriel Attal défend les mesures décriées de Jean Castex : «l’objectif n'est pas le bon mot, mais la bonne mesure»