Caroline de Monaco : 1e apparition remarquée après la condamnation d'Ernst August de Hanovre

·1 min de lecture

Le verdict est tombé le 24 mars dernier. Ernst August de Hanovre a été condamné à dix mois de prison avec sursis et une interdiction de résidence par le tribunal régional de Wels, en Haute-Autriche, pour violences et menaces sur son personnel et sur des policiers, des faits commis à l'été 2020. Lors du procès, il a reconnu les faits mais a plaidé non coupable, invoquant des circonstances atténuantes, comme le conflit qui l'oppose à son fils Ernst August de Hanovre Jr mais également ses problèmes de santé. Une condamnation au sujet de laquelle Caroline de Monaco ne s'est pas exprimée. Si la fille de Rainier III reste mariée à Ernst August de Hanovre, les deux époux vivent néanmoins séparés.

Discrète, très peu habituée à faire des vagues, la princesse de Hanovre continue ses missions sur le Rocher. Comme le rapporte le Centre Scientifique de Monaco, Caroline de Monaco a fait une récente apparition remarquée. "Elle a participé à une réunion réunissant le Comité scientifique monégasque et la firme Chanel, à travers sa section joaillerie, sur la recherche lancée en 2019 et d'une durée de six ans avec l'intention de mieux comprendre le corail rouge de Méditerranée et de promouvoir la conservation de l'espèce" précisent nos confrères de Vanity Fair. Pour l'occasion, Caroline de Monaco était vêtue d'une veste en tweed Chanel bleu marine et blanche et d'un pantalon bleu. A son bras, un sac vert émeraude signé également de la marque de luxe française.

Ernst August de Hanovre et Caroline (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Françoise Hardy demande l'euthanasie : "Je suis dans un état de souffrance cauchemardesque"
L'ex-belle-fille de Sheila très remontée : Sylvie Ortega enfonce le clou
Flashback - Roselyne Bachelot indiscrète sur la santé de Jacques Chirac : elle l'a payé cher
Isabelle Balkany interpelle Emmanuel Macron... sur la vente des petites culottes
Apolline de Malherbe a le sourire : elle cloue le bec à Jean-Jacques Bourdin