Caroline Ithurbide : son joli clin d'œil à Valérie Damidot pour sa nouvelle émission de bricolage

·1 min de lecture

Caroline Ithurbide animera l'émission, Ensemble on bricole, à partir de ce samedi 3 avril. Ce vendredi 2 avril, la chroniqueuse phare de William à midi et de Touche pas à mon poste ! a accordé un entretien exclusif à France Dimanche pour parler de ce nouveau rendez-vous hebdomadaire. Le concept ? Avec Cyril Julien en plateau, elle accompagnera deux particuliers en duplex de chez eux afin de les aider à accomplir leur projet bricolage. "L'idée est née de ces périodes de confinement où les Français, ne pouvant plus sortir, ont pris encore plus de temps à bricoler chez eux pour améliorer leur intérieur. La chaîne a, paraît-il pensé à moi parce qu'ils cherchaient une fille qui pouvait avoir l'image de la bonne copine, sympa et accueillante. Et pourtant, je suis loin d'être une pro du bricolage ! Même si récemment, j'ai chez moi monté toute seule un dressing et posé de la moquette, mais bon, c'est assez limité quand même... C'est donc la raison pour laquelle je serai accompagné à l'antenne par un véritable expert", a confié l'animatrice de 41 ans.

Lorsqu'elle est interrogée sur une éventuelle comparaison avec Valérie Damidot, animatrice iconique de D&Co sur M6, Caroline Ithurbide répond avec franchise et ne manque pas d'humour. "Je comprends la comparaison, et je prends ça comme un compliment. Quoi qu'il en soit, je nous souhaite la même réussite qu'elle. Dans D&Co, elle avait ce côté proximité que je vais tâcher d'emprunter. En revanche, je porte moins de salopettes qu'elle, et je (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Sharon Stone : pourquoi elle a elle-même payé le salaire de Leonardo DiCaprio sur un film
The Voice : la somme astronomique qu'Ariana Grande a touchée pour participer à l'émission
VIDEO Sheila : ses confidences émouvantes au sujet de la disparition des chanteurs yéyé
PHOTO Ingrid Chauvin ravie par la fermeture des écoles : la comédienne reconnaît sa chance
Vaccin AstraZeneca : cette décision radicale envisagée par le gouvernement de Jean Castex