Caroline De Haas évoque son altercation avec Alain Finkielkraut sur LCI : "Je souhaite qu'il s'excuse auprès des victimes de violences conjugales"

Mercredi 13 novembre 2019, dans La Grande confrontation sur LCI, David Pujadas recevait plusieurs invités pour discuter autour du thème "toutes les opinions sont-elles bonnes à dire ?". Parmi les invités reçus en plateau, la militante féministe Caroline De Haas et Alain Finkielkraut. Au cours d'un échange avec la jeune femme, le philosophe a perdu son sang froid, déclarant : "Violez, violez, violez ! Je dis aux hommes : voilez les femmes ! D'ailleurs je viole la mienne tous les soirs et elle en a marre". David Pujadas est rapidement intervenu, déclarant qu'Alain Finkielkraut faisait là du "second degré"... mais les internautes ont rapidement déclaré être scandalisés, tout comme Caroline De Haas, que Télé-Loisirs a pu joindre au lendemain de cette altercation.

"On ne rigole pas du viol conjugal, ce n'est pas possible"

"J'avais déjà croisé sur un plateau Alain Finkielkraut, lors d'un débat au moment de l'affaire DSK, explique Caroline De Haas à Télé-Loisirs. C'était dans l'émission Mots croisés, animée par Yves Calvi. Hier, sur LCI, c'était fou, il est sorti de ses gonds, il tremblait sur le plateau. Il a vraiment pété un câble. J'ai revu ce matin la séquence à froid et on se rend vraiment compte de la gravité de ses propos. Moi, j'ai été victime de viol conjugal par mon mec à l'époque, on ne rigole pas du viol conjugal, ce n'est pas possible".

Caroline de Haas demande des excuses d'Alain Finkielkraut

Et Caroline De Haas de conclure : "Je souhaite qu'il s'excuse auprès des femmes

Retrouvez cet article sur Télé 2 semaines

Alain Finkielkraut choque sur LCI : "Je dis aux hommes : violez les femmes"
Football : critiqué après son selfie tout sourire lors de la défaite du Real Madrid, Alphonse Areola s'excuse auprès des fans de son nouveau club
David Hallyday : ses drôles d'anecdotes sur son enfance auprès de Johnny
Coline Serreau accuse Alain Delon de s'être vanté de "frapper des femmes"
L'ex-chroniqueuse de L'Heure des pros, Caroline Mécary, en colère : "Je ne suis pas une petite fille à qui ont dit 'tu vas au coin'!"