Caroline Cayeux ne pouvait pas plus mal se défendre d'avoir tenu des positions homophobes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Cette ministre ne pouvait pas plus mal se défendre d'avoir tenu des positions homophobes (Photo: @PublicSénat)
Cette ministre ne pouvait pas plus mal se défendre d'avoir tenu des positions homophobes (Photo: @PublicSénat)

Cette ministre ne pouvait pas plus mal se défendre d'avoir tenu des positions homophobes (Photo: @PublicSénat)

POLITIQUE - L’opposition dénonçait son “passé manif pour tous”. Et s’il était encore présent? Caroline Cayeux, la nouvelle ministre déléguée aux Collectivités territoriales s’est défendue, ce mardi 12 juillet, d’avoir tenu des positions homophobes en expliquant entretenir de bonnes relations avec “tous ces gens-là.” Comprendre: Avec les personnes homosexuelles.

Invitée de la matinale de Public Sénat, la maire (Les Républicains) de Beauvais a effectivement été interrogée sur ses prises de position passées contre le “mariage pour tous”. La veille, plusieurs députés de la NUPES avaient réclamé sa démission du gouvernement (avec Christophe Béchu et Gérald Darmanin), un trio de ministres venus de la droite, jadis hostiles à ce nouveau droit, dans une tribune publiée par Têtu.

“Vous maintenez ces propos?”, demande alors le journaliste de la chaîne parlementaire à Caroline Cayeux, en rappelant qu’elle a notamment qualifié le “mariage pour tous”, à l’époque, de “réforme de caprice” et de “dessein qui va contre la nature”. Réponse de la principale intéressée, un brin gênée, comme vous pouvez le voir ci-dessous: “Alors, je ne pense pas avoir parlé de caprice... Oui, à l’époque... je maintiens évidemment mes propos.” Elle est finalement revenue dessus, quelques heures plus tard.

Avant cela, la ministre a essayé tant bien que mal de se défendre. “J’ai toujours dit que la loi si elle était votée, je l’appliquerais”, a-t-elle argué sur Public Sénat, avant d’ajouter en guise de dernier argument: “Je veux vous dire quand même que j’ai beaucoup d’amis parmi tous ces gens-là. Franchement, c’est un mauvais procès que l’on me fait, cela m’a beaucoup contrarié.” D’autant qu’elle l’assure: “Je n’ai jamais fait partie, je n’ai jamais défilé avec la manif pour tous.”

Ces élus NUPES s’indignent

Des mots qui n’ont pas manqué pas de faire réagir l’opposition de gauche, dont certains membres ont déjà signé la tribune publiée par le site Têtu la veille. “Wow”, écrit simplement l’écolo Sandrine Rousseau en citant la ministre qui évoque “ces gens-là.”

“Il serait intéressant de savoir si il s’agit là de la ligne du gouvernement?”, fait mine de s’interroger l’Insoumis Manuel Bompard quand sa collègue communiste Elsa Faucillon fustige des “propos indignes”. “Stop à l’homophobie”, tonne-t-elle sur les réseaux sociaux dans la lignée du texte rendu public lundi qui accuse le trio de ministres (Darmanin, Béchu et Cayeux) d’être les “porte-voix du mouvement de la haine et du rejet.”

Si les deux têtes de l’exécutif n’ont pas encore réagi à cette controverse... la principale intéressée a déjà fait son rétropédalage. “Depuis ce matin, je lis et entends vos messages. Mes propos ont blessé nombre d’entre vous”, écrit-elle sur son compte Twitter en milieu d’après-midi, avant de se livrer à un mea culpa: “Je les regrette profondément, ils étaient naturellement inappropriés. L’égalité des droits doit toujours être une priorité de notre action.”

À voir également sur Le HuffPost: Quand le nouveau ministre Christophe Béchu s’opposait au mariage pour tous

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles