Carole Ghosn "en appelle aux sénateurs, aux députés et aux chefs d'entreprise" pour soutenir son mari

De passage à Paris, Carole Ghosn, l'épouse de Carlos Ghosn, se confie au JDD. Elle dénonce l'acharnement judiciaire contre son mari et regrette l'absence de soutien du chef de l'Etat. Arrêté en novembre 2018 pour détournement de fonds, et après 130 jours de prison, l'ancien PDG de l'alliance Renault-Nissan est toujours maintenu en résidence surveillée à Tokyo, au Japon. Un premier procès devrait avoir lieu mi-avril. Carole Ghosn n'a pas le droit d'échanger avec son mari, mais tente d'organiser sa défense à distance. 

Lire aussi - TRIBUNE. L'avocat de Carlos Ghosn révèle les "scandales de l'affaire"

Pourquoi prenez-vous à nouveau la parole aujourd'hui?
Parce que cela fait plus de six mois que la justice japonaise m'interdit de voir mon mari ou de lui parler, parce que cela va faire un an qu'il a été arrêté. Comme il ne peut plus s'exprimer sans risquer la prison, je m'exprime pour qu'on ne l'oublie pas. Je suis devenue sa voix.

Votre époux a-t-il pu accéder au dossier d'accusation?
Il n'en a toujours pas ­l'intégralité. Le procureur ne lui donne ni les moyens ni le temps pour bien ­préparer sa défense. Nos avocats ont demandé si Hiroto Saikawa (ex-numéro deux et CEO de Nissan) avait fait un plea bargaining (immunité en échange de la dénonciation), le procureur a refusé de répondre et le juge n'a pas insisté. Tout est très partial.

"

Le silence de l'Elysée est assourdissant

"

Vous avez appelé Emmanuel Macron à l'aide à plusieurs reprises, en vain?
Je n'ai eu aucun retour de sa par...


Lire la suite sur LeJDD