Carole Delga, en première ligne dans la bataille du rail

·1 min de lecture
Carole Delga.
Carole Delga.

Plus aucun train ne dessert la gare de Luchon (Haute-Garonne) depuis novembre 2014, mais Carole Delga promet que la station thermale verra l'arrivée d'un des premiers trains à hydrogène en 2025. La présidente (PS) sortante de la région Occitanie a commandé ces futures rames révolutionnaires à Alstom. « On devrait construire une station de production sur place d'ici-là », dit l'élue, qui mise beaucoup sur l'hydrogène « vert » pour faire de l'Occitanie la première « région à énergie positive » d'ici 2050. En attendant que le barrage du fameux lac d'Oô, qui fête son centenaire au-dessus de Luchon, se lance dans cette transition énergétique en produisant ce gaz du futur, la région fait feu de tout bois pour adapter un réseau ferroviaire souvent hors d'âge au XXIe siècle.

« Nous sommes la seule région à investir dans toutes les alternatives au diesel », souligne Jean-Luc Gibelin, vice-président chargé du lourd dossier des transports durant la mandature. L'élu (PCF) gardois annonce l'arrivée des premières rames de TER « hybrides » d'ici la fin de l'année, puis des rames Bombardier à batteries rechargeables et même de trains roulant au gaz naturel (GNV). Cette panoplie à faire pâlir d'envie les abonnés de La Vie du rail doit d'abord être en mesure de s'adapter à un tissu de lignes très disparates, rarement électrifiées, mais encore relativement dense. « Dans la région, 60 % des habitants résident à moins de 5 kilomètres d'une gare », souligne Gibelin. Investir dan [...] Lire la suite