Publicité

Carnaval au Brésil: à Rio de Janeiro, une opération de police accusée de racisme

Nous sommes à moins d’une semaine du carnaval au Brésil, une institution festive très lucrative pour le pays. Chaque année, près de 1,5 milliards d’euros circulent dans l’économie du pays pendant les défilés. A Rio de Janeiro, capitale touristique du pays, la police a renforcé ses effectifs. Mais « l’opération été » comme elle est appelée, est accusée de racisme.

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

De la sortie du métro aux abords des plages, les policiers armés patrouillent sans arrêt en ce début du mois de février 2024. Assis sur sa chaise de plage, avec son enceinte à fond, Wesley est Noir et a l’habitude d’être arrêté par la police : « Il y a tout le temps des opérations où nous sommes discriminés. Quand on est assis tranquillement, la police arrive, nous fouille, cherche si on a de la drogue. Ils ne peuvent pas voir un Noir assis qu’ils débarquent pour nous fouiller. »

Arrestations sans preuves

Ces derniers jours, la police de Rio de Janeiro a arrêté plusieurs adolescents noirs sans preuves, en justifiant qu’ils étaient de potentiels « suspects » ou « délinquants ». « Les jeunes noirs sont souvent assimilés à des voleurs. Parfois, ils sont juste en train de s’amuser, et la police débarque, les arrête, les frappe. Alors qu’ils n’ont rien fait, ils venaient juste profiter de la plage », dit encore Wesley.

À lire aussiViolences contre les Noirs au Brésil: la marmite du racisme va-t-elle exploser?


Lire la suite sur RFI