Carmen et Lola

Libération.fr

d’Arantxa Echevarría (Quinzaine des réalisateurs)

En présentant son film, Arantxa Echevarría a déclaré qu’il était aujourd’hui difficile d’être une femme, et plus encore d’être femme et gitane, et presque impossible d’être femme, gitane et lesbienne. Nous n’en doutons pas. Son film le démontre scolairement - scénario simpliste, caméra portée gigotante, happy end sur coucher de soleil. Le problème est qu’à force de manichéisme, les pères gitans apparaissent en tant que contraire de la femme-gitane-lesbienne, c’est-à-dire comme l’ennemi à fuir, si bien que leur représentation ne s’éloigne finalement guère ici des clichés de la xénophobie ordinaire. Sur cette échelle de valeurs de la bonté, les mères gitanes se situent exactement entre les pères et les filles : elles perpétuent la tradition paternaliste mais se montrent compréhensives et prennent finalement le parti des femmes. Carmen et Lola souffre ainsi du syndrome Ken Loach : une distribution très sélective de la bienveillance.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

la Bocca, les nerfs à vit
Troppa Grazia
«Dogman», toutou rien
«Les Morts et les Autres», hanté diluvien
CÓMPRAME UN REVÓLVER

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages