Carla et Nicolas Sarkozy: "Ils ne nous détruiront pas"

·2 min de lecture

L’ex-président de la République, qui a fait appel de sa condamnation dans l’affaire dite « des écoutes », est lancé dans la course la plus périlleuse de sa carrière. Auprès de Paris Match, le couple se livre sur le combat qu’il entend mener pour faire triompher sa cause.

«Ils ne nous empêcheront pas d’avoir une vie normale. Ils ne nous détruiront pas. » Dimanche 7 mars, Carla Bruni-Sarkozy affiche sa combativité. « La vérité finira par éclater, confie-t-elle, optimiste, à Paris Match. Ça prendra deux ou trois ans, peut-être plus, mais on y arrivera. » Une semaine plus tôt, Nicolas Sarkozy avait préféré qu’elle ne l’accompagne pas au tribunal judiciaire de Paris pour écouter le jugement. Quand elle a appris la condamnation de son mari à trois ans de prison, dont un ferme, dans l’«affaire des écoutes », elle dit n’avoir pas été surprise. « Je m’y attendais, dit-elle. Je n’ai aucune confiance mais je suis certaine qu’on finira par l’emporter.» Elle refuse de se laisser abattre. « Je préfère avoir des ennuis de cet ordre-là plutôt que de vrais ennuis de santé ou des difficultés pour nos enfants. Je préfère faire contre mauvaise fortune bon cœur. »

Nicolas Sarkozy reste lui déterminé à se battre jusqu’au bout des différentes procédures, un véritable marathon judiciaire. «Le combat qui est engagé est un combat pour la justice, pour la vérité et pour la liberté, assure-t-il dans Paris Match. C’est aussi un combat contre les dérives d’une certaine justice. Je sais qu’il sera long mais il sera gratifiant. » Nicolas Sarkozy le répète: «Ça fait dix ans [qu’il est] persécuté. » L’ex-président confirme aujourd’hui que s’il devait être condamné définitivement, il porterait l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme…

Lire aussi : Sarkozy-Herzog, écoutes mode d'emploi

Edouard Philippe lui a envoyé une lettre manuscrite

L’ancien président a apprécié les « centaines » de messages et de coups de fil reçus en une semaine : « Les soutiens vont bien au-delà de mon cercle habituel d’amis et de(...)


Lire la suite sur Paris Match