Carla Bruni, victime collatérale d'une petite vengeance envers Nicolas Sarkozy

C'est quelqu'un qui m'a dit... Carla Bruni, épouse énamourée de Nicolas Sarkozy depuis le 2 février 2008, ne chantera peut-être plus son célèbre refrain, sans une petite arrière-pensée pour Line Renaud. Dans un long portrait que lui consacre M le Magazine du Monde, la vénérable Demoiselles d'Armentières révèle un petit secret jusqu'ici bien gardé. Alors qu'elle revient sur ses rapports avec les différents présidents de la Ve République, liens quasi familiaux avec les Chirac et tout aussi complices avec les Macron, l'artiste de 91 ans s'attarde sur sa relation un peu plus compliquée avec Nicolas Sarkozy. Et à la lire, malgré la prescription des faits, il aurait mieux valu ne pas la contrarier.

"Elle n'est pas flattée de ses relations avec les présidents, car elle a déjà rencontré tout le monde. Même des familles royales. Mais le coeur du pouvoir la fascine et la touche", assure le scénariste et biographe de Line, Bertrand Stora. C'est dire la vexation que Nicolas Sarkozy va lui imposer en 2007, alors qu'elle tente de s'en rapprocher en vain. "Pour toucher le nouveau président, elle appelle toutes ses copines, qui sont un certain nombre", relate non sans humour le journaliste Laurent Telo. A l'autre bout du combiné, c'est la même supplique : "Ma chérie, tu le connais, "Sarko"? Fais-le moi rencontrer."

"Sarko sort avec Carla Bruni depuis hier. Je veux que tu diffuses l'information partout autour de toi"

Passer après Frank Sinatra, Dean Martin ou encore Elvis Presley, on a connu pire.

Retrouvez cet article sur GALA

VIDÉO - Sébastien Valiela raconte ce matin où il a vu le prince Charles entièrement nu
VIDÉO - “Karine Ferri était dévastée à la mort de Grégory Lemarchal” : Mathieu Delormeau prend la défense de la jeune femme
Meghan Markle davantage contrainte à la révérence que Kate Middleton : cette règle stricte incontournable
VIDÉO - Alain Delon attaqué en reconnaissance de paternité : vers une nouvelle affaire Montand ?
VIDÉO - Brigitte Macron inquiète : ses enfants sont géolocalisés