Carla Bruni : ce « souvenir épouvantable » que sa mère lui avait caché

Dans la famille de Carla Bruni, sa mère Marisa reste la matriarche. À 89 ans, elle est toujours un exemple pour ses filles, qui l’admirent et qui sont très proches d’elle. Mais entre Carla, la benjamine, et Valeria, l’aînée, c’est bien à sa dernière qu’elle ressemble le plus. Comme deux gouttes d’eau même. L’épouse de Nicolas Sarkozy, nostalgique fin octobre, avait posté une photo d’elle jeune sur Instagram. On dirait son sosie tellement la ressemblance est frappante.

Ce message, posté pour la Toussaint, a d’ailleurs fait très peur à ses admirateurs. Surtout que certains commentaires agrémentés d’un cœur noir ont laissé entendre que Carla Bruni avait perdu sa mère. Mais il n’en était rien. Il s’agissait simplement d’un « hommage à sa beauté » comme l’a souligné une abonnée. Ce partage illustre parfaitement la relation fusionnelle de Marisa Bruni-Tedeschi et sa fille. Pourtant, aussi proche soit elle de Carla, ou de Valeria, elle ne leur a pas toujours tout dit…

C’est une partie extrêmement difficile de son enfance qu’elle a délibérément cachée à ses enfants : quinze années de fascisme, dont cinq années de guerre. « Une période très douloureuse », avait-elle confié dans Marie Claire. « À 14 ans, avec les miens, j'ai manqué d'être fusillée par les SS, mais au dernier moment, un officier nous a épargnés en nous contraignant à assister à la pendaison de six adolescents. Ça reste un souvenir épouvantable », avait-elle aussi raconté.

Retrouvez cet article sur GALA

"Même pas en rêve" : comment la princesse Anne déjoua une tentative de kidnapping
Soleil, amis, plage : comment Laeticia, Jade et Joy Hallyday se ressourcent à Saint-Barth
PHOTO - Charlène de Monaco loin d'Albert : elle est à Dubaï pour encourager ses rugbymen
Mask Singer : Kev Adams choque en évoquant les seins de Sandrine Quétier
Estelle Denis : ses débuts compliqués avec Raymond Domenech