Carla Bruni pas fan du botox, elle a trouvé mieux : "C'est zéro risque"

·1 min de lecture

En promotion pour son nouvel album qui porte son nom, Carla Bruni a accordé une interview à la version espagnole du Vanity Fair, ce mardi 16 mars. La chanteuse et ex-top model de 53 ans en a profité pour parler musique, de son mari Nicolas Sarkozy, ou encore de son rapport avec son physique, entre autres. Questionnée sur un possible recours au à la chirurgie esthétique pour améliorer son apparence, au fil des années qui se sont écoulées depuis le début de sa carrière dans le mannequinat, la maman d’Aurélien Enthoven et de la petite Giulia a fait des confidences.

"La toxine n’est pas bonne à mon âge", a-t-elle assuré, avant de préciser que c’est possible lorsque l’on a 30 ans. À la cinquantaine passée, Carla Bruni a affirmé, en riant, que "le problème n’est pas les rides, mais le fait que tout reste en place". Réaliste sur les conséquences des injections de botox à partir d’un certain âge, l’interprète du titre Quelqu’un m’a dit a déclaré : "Vous pouvez mettre du botox partout et ce qui tombe, tombe. En fait, le botox aggrave [les problèmes physiques liés au vieillissement, NDLR]." Toutefois toujours soucieuse de son apparence, l’ancien mannequin a plutôt décidé de se tourner vers "les traitements au laser", comme elle l’a expliqué à nos confrères.

Il s’agit donc d’ultrasons, de Fraxel et de radiothérapie. Pour la petite précision, Carla Bruni a souligné qu’il n’y a "pas d’aiguilles, pas de risques". "Ce sont des machines qui stimulent le derme et l’épiderme et vous donnent un aspect (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le prince William « très inquiet de nouvelles fuites d'Harry » : « La confiance est rompue »
Carla Bruni en froid avec Emmanuel et Brigitte Macron : "Je ne suis pas contente"
VIDEO - "Un mélange de Madame Irma et de Pinocchio" : Gabriel Attal a les oreilles qui sifflent
Carla Bruni enterre un retour de Nicolas Sarkozy en politique : "Il ne veut pas d'un divorce"
« J’ai été sali de manière ignoble », Jean-François Copé n’a pas oublié une phrase de Franz-Olivier Giesbert