Caricatures : en visite au Caire, Le Drian plaide "l'apaisement"

·2 min de lecture

"J'ai rappelé et je rappelle ici le profond respect que nous avons pour l'islam", a dit le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au cours d'une conférence de presse dans le cadre d'une visite d'apaisement et d'explication au sujet des caricatures.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a plaidé l'apaisement dimanche au Caire, assurant le monde musulman du respect de la France, malgré des "divergences" avec l'institution sunnite Al-Azhar au sujet des caricatures du prophète Mahomet. "J'ai rappelé et je rappelle ici le profond respect que nous avons pour l'islam", a dit le ministre français au cours d'une conférence de presse dans le cadre d'une visite d'apaisement et d'explication au sujet des caricatures. "Ce que nous combattons c'est le terrorisme, c'est le détournement de la religion, c'est l'extrémisme", a-t-il ajouté en assurant qu'il venait "expliquer, si besoin était, ce combat" ainsi que "le combat (pour le) respect de la liberté de croire".

M. Le Drian s'est entretenu pendant deux heures et demie avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Il a ensuite tenu une réunion avec son homologue Sameh Choukry. Sa visite intervient peu après le déclenchement d'une controverse sur la publication de caricatures du prophète Mahomet. Le président français Emmanuel Macron avait défendu la liberté de caricaturer, promettant de ne pas "renoncer aux caricatures", lors d'un hommage national au professeur Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre, pour avoir montré des caricatures du prophète. Dans certains pays à majorité musulmane, des fidèles ont réagi avec colère aux propos de M. Macron dont des portraits ont été brûlés lors de manifestations et une campagne a été lancée pour boycotter les produits français.

À lire :"Tout ça pour ça", Charlie Hebdo publie à nouveau les caricatures de Mahomet

"

Points de divergences

"

M. Le Drian a également rencontré le grand imam d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, qui avait vivement critiqué la(...)


Lire la suite sur Paris Match