Caricatures: le Premier ministre pakistanais accuse Macron «d’attaquer l’islam»

·1 min de lecture

Le président de la République française, Emmanuel Macron, est sous le feu des critiques d’une partie du monde musulman après ses propos sur les caricatures du prophète Mahomet. Lors d’un hommage rendu au professeur assassiné Samuel Paty, mercredi 21 octobre, il avait ainsi promis de « ne pas renoncer » : un outrage pour certains dirigeants politiques comme le Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui a réagi dimanche 25 octobre.

Avec notre correspondante à Islamabad, Sonia Ghezali

Le Premier ministre pakistanais accuse Emmanuel Macron d’attaquer l'islam. Il a réagi sur les réseaux sociaux quatre jours après le discours du président français, en hommage à Samuel Paty.

Selon Imran Khan, le président Macron aurait choisi « de créer une polarisation et une marginalisation supplémentaires qui conduisent inévitablement à la radicalisation », a-t-il écrit dimanche 25 octobre sur Twitter, avant d’ajouter : « Il est regrettable qu'Emmanuel Macron ait choisi d'encourager l'islamophobie en s'attaquant à l'islam plutôt qu'aux terroristes qui pratiquent la violence. »

D’autres personnalités politiques pakistanaises ont aussi vivement réagi. Plusieurs ministres du gouvernement d’Imran Khan, notamment, tel le ministre de la Planification : « La liberté d’expression n’est pas sans limites », écrit-il.

Depuis dimanche, les appels au boycott des produits français se multiplient sur les réseaux sociaux.