Caricatures de Mahomet : après la suspension d'un enseignant, l'Angleterre sous pression

·1 min de lecture

À Batley, un enseignant a été suspendu en fin de semaine dernière après des plaintes de parents d'élèves : il avait montré des caricatures de Mahomet en cours. Après avoir été menacé de mort sur les réseaux sociaux, il se trouve sous protection policière. La question de la liberté de critiquer l'Islam se pose désormais dans ce pays où le crime de blasphème n'a été abrogé qu'en 2008 !

Jeudi dernier, B., professeur de religion à la Batley Grammar School a été suspendu par sa direction après des plaintes insistantes de parents d’élèves. Son crime ? Il avait montré trois jours plus tôt des caricatures de Mahomet à sa classe de 13-14 ans, visiblement extraites du magazine satirique français Charlie Hebdo. Les circonstances du cours de lundi dernier ne sont pas encore clarifiées. Mais le ton employé dans une pétition mise en ligne aux noms des élèves de l’école montre une orientation pour le moins partisane et agressive : " Le professeur enseignait lors de ce cours le racisme et le blasphème " peut -on lire. L'enseignant avait pourtant prévenu les élèves qu'il allait leur montrer des caricatures de Mahomet. Ce qui ne semble pas être une première dans cet établissement. Des parents d’élèves ont indiqué que des dessins satiriques de Mahomet avaient déjà été montrés par d’autres professeurs. Sans provoquer la même fureur.Une fureur qui nourrit aujourd'hui de fortes inquiétudes. En effet, quelques mois après le meurtre de Samuel Paty en France, le nom du professeur anglais,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Quand la République condamnait un journal pour une caricature religieuse

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Et si on osait sortir des caricatures sur la souveraineté économique ?"

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français