Caricatures: la colère contre la France grandit dans les rues de Bagdad

·1 min de lecture

Après la décapitation de Samuel Paty, Emmanuel Macron a défendu les caricatures de Mahomet, provoquant une large colère dans le monde musulman. Les autorités religieuses d’Irak assènent que le président français a insulté l'islam dans ses récentes allocutions.

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

À la mosquée Abou Hanifa, l'une des plus importantes mosquées sunnites de Bagdad, l'imam Abdulwahab al-Samarrai ne mâche pas ses mots contre le président français, après sa défense des caricatures de Mahomet.

« Les générations musulmanes n'oublieront jamais cette insulte d'un président, en provenance d'un pays que nous pensions ami, précise-t-il. J'exhorte les Français à choisir quelqu'un pour les représenter, non pas pour contrarier les peuples du monde arabe et musulman. »

« L'islam est en crise », a également affirmé Emmanuel Macron début octobre. Un diagnostic inacceptable pour cet imam. Il souligne toutefois que rien ne justifie l'acte de décapitation : « Nous n'appelons pas au chaos. Et là, c'est le chaos. On ne doit pas prendre la vie pour ça, seule la justice doit décider de ça. »

Manifestations et appel au boycott

Mais la colère grandit dans les rues de Bagdad, où les manifestations se multiplient et les habitants appellent au boycott des produits français. Muther Kadhim, au centre-ville de la capitale : « S'ils ne publient pas un communiqué pour s'excuser, nous boycotterons les produits français et nous organiserons des manifestations, comme ça a déjà été le cas. »

Le Quai d'Orsay a récemment réagi, affirmant que ces initiatives déformaient les positions françaises concernant les libertés fondamentales, et en particulier la liberté d'expression.

►À lire aussi : Reportage - Le Koweït, l'un des premiers pays à retirer les produits français de ses supermarchés