Les cargos de céréales ukrainiennes immobilisés en mer Noire à partir de mercredi

© Reuters / Pavel Rebrov

Plus aucun cargo chargé de céréales ukrainiennes ne naviguera en mer Noire à compter de ce mercredi, a annoncé le Centre de coordination conjointe chargé de l'accord international sur les exportations de céréales ukrainiennes. Moscou, en retrait temporaire, exige de Kiev des « garanties réelles du strict respect des accords d'Istanbul ». Dans ce bras de fer entre Russes et Ukrainiens, c'est la Turquie qui joue le rôle de médiateur.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan multiplie les initiatives pour trouver une issue à la crise qui, si elle n'est pas résolue, risque de provoquer une insécurité alimentaire dans de nombreux pays, les céréales ukrainiennes répondant aux besoins de 45 États, dont 33 en Afrique.

Après la décision de Moscou samedi de se retirer de l'accord conclut grâce à la médiation turque, le président Erdogan s'est entretenu ce mardi avec son homologue russe. Vladimir Poutine a demandé des garanties pour que le corridor humanitaire ne soit pas utilisé par Kiev à des fins militaires. Il a exigé une enquête sur les attaques de drones aériens et navals contre la flotte russe dans la baie de Sébastopol.

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé mardi « une décision unilatérale de la Russie qui nuit de nouveau à la sécurité alimentaire mondiale », à l'issue d'un entretien avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.


Lire la suite sur RFI