«La Cargaison» très spéciale du Guinéen Souleymane Bah, première en France du prix RFI Théâtre 2020

Onze jeunes Guinéens ont trouvé la mort à Conakry lors d’une manifestation en octobre 2019. Une répression sur laquelle l’auteur guinéen Souleymane Bah, exilé en France pendant cinq ans, a écrit une fable universelle, « La Cargaison ». Une pièce distinguée en 2020 avec le prix RFI Théâtre et aujourd’hui mise en scène de façon très physique, rigoureuse et entraînante par l’auteur aux Zébrures d’automne, un festival si bien nommé « Francophonies-des écritures à la scène ». Entretien.

RFI : La Cargaison est un dialogue de cadavres rythmé par une « déambulation macabre » de corbillards entre la morgue et le cimetière. Les spectateurs plongent dans un sujet très grave, inspiré par l’histoire réelle d’une manifestation sanglante à Conakry, en 2019, contre le pouvoir à l’époque en Guinée. À l’occasion du Festival des Francophonies à Limoges, cette pièce vient de vivre sa première en France dans un théâtre de 220 places, la scène nationale d’Aubusson, située dans une commune de 3 500 habitants dans un département très rural, la Creuse. Ce soir, comment avez-vous vécu le croisement de ces deux univers, éloignés de plus de 4 000 kilomètres à vol d’oiseau ?

Après le spectacle, plusieurs jeunes spectateurs dans la salle vous ont posé beaucoup de questions pertinentes sur la pièce, sur votre façon de travailler en tant qu’auteur et metteur en scène. Est-ce un compliment pour l’universalité de La Cargaison ?

[Vidéo] Portrait de Souleymane Bah en un mot, un geste et un silence


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Le Prix RFI Théâtre 2020 décerné au Guinéen Souleymane Bah pour «La Cargaison»
[En intégral] Souleymane Bah Thiâ’Nguel (Guinée): «Danse avec le diable»
[En intégral] Souleymane Bah (Guinée): «La Cargaison»