Un cardinal pro-démocratie arrêté puis relâché à Hong Kong

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Joseph Zen Ze-kiun, arrêté ce mercredi 11 mai en vertu de la loi sur la sécurité nationale, a été libéré sous caution quelques heures plus tard par les autorités pro-Pékin du territoire.

Sur une vidéo publiée sur Twitter, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, 90 ans, apparaît saluant les journalistes, au moment où il quitte un poste de police du quartier de Chai Wan. Il avait été arrêté quelques heures plus tôt, en vertu de la loi sur la sécurité nationale, en même temps que l'universitaire Hui Po-keung, la chanteuse Denise Ho, militante des droits LGBTQ.

Ces personnalités très en vue ont en commun d'avoir participé à la gestion d'un fonds – aujourd'hui dissous – destiné à financer la défense des militants interpellés lors des grandes manifestations pro-démocratie qui ont secoué l'ancienne colonie britannique en 2019.

Dans un communiqué, le Vatican avait indiqué avoir « appris avec préoccupation la nouvelle de l'arrestation du cardinal Zen et suivre l'évolution de la situation avec une extrême attention ». La Maison Blanche avait de son côté appelé à la libération immédiate par les autorités chinoises des trois personnalités.

Inlassable défenseur des libertés politiques

Ancien évêque de Hong Kong où vivent 400 000 catholiques, le cardinal Zen est connu pour ne pas mâcher ses mots et pour son inlassable défense des libertés politiques et des réformes démocratiques. « Face au gouvernement chinois, il faut toujours oser dire la vérité, quels que soient les vents contraires. Car ceux qui disent qu'un prêtre doit s'en tenir à la prière n'ont rien compris à ce qu'est l'Église », avait déclaré Joseph Zen Ze-kiun lorsque le pape Benoît XVI l'avait nommé cardinal au milieu des années 2000.

Joseph Zen Ze-kiun s’est toujours tenu à ce credo. Dès la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, ce défenseur du mouvement pro-démocratie devient l'une des figures des manifestations de 2003 contre la loi anti-subversion. Il se retire en 2009, fatigué par des troubles cardiaques, mais continue son combat contre la répression chinoise. Quand se crée « 612 Humanitarian Relief Fund », un fonds pour aider les manifestants arrêtés à payer leurs frais juridiques et médicaux, il en devient administrateur.

La chanteuse Denise Ho a également été libérée sous caution, selon un média local. L'universitaire Hui Po-keung était pour sa part encore en détention ce mercredi soir. Il avait été arrêté la veille pour « collusion avec des forces étrangères » alors qu'il s'apprêtait à rejoindre l'Europe pour un poste universitaire.

Imposée par Pékin en 2020 en réponse aux immenses manifestations de l'année précédente à Hong Kong, la loi sur la sécurité nationale a écrasé toute dissidence dans ce centre d'affaires asiatique où l'expression était autrefois libre.

(Avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles