Carburants: des voix s'élèvent contre le mouvement du "17 novembre" et les gilets jaunes

Ils subissent la hausse des prix du carburant, comme les autres, mais pour eux, l'important est de cesser de polluer la planète. Leur mot d'ordre : "Le 17 novembre, ce sera sans moi".

Carburants: des voix s'élèvent contre le mouvement du "17 novembre" et les gilets jaunes

Ils subissent la hausse des prix du carburant, comme les autres, mais pour eux, l'important est de cesser de polluer la planète. Leur mot d'ordre : "Le 17 novembre, ce sera sans moi".

Les contestataires ont Jacline Mouraud, cette Morbihannaise qui a fait le buzz avec une vidéo postée sur Twitter. En face, il y a ceux qui s’opposent au mouvement appelant au blocage le 17 novembre avec pour figure de proue, Anthony Hamon. Il y a quelques jours, ce tourangeau a publié sur Facebook un post pour afficher en langage assez cru, l’agacement qu’il ressent sur le mouvement des Gilets jaunes:  "Va te faire f… avec ton p… de 17 novembre". 

Anthony Hamon se défend d’être un militant pro-gouvernemental. Ce message a été diffusé à la suite d’une discussion avec un ami. Pour lui, il y a mieux à faire que de s’insurger contre la hausse des prix du carburant. "Quand je scrolle sur Facebook et que je vois une personne qui crève la dalle au Yemen ou un article de WWF qui dit qu’il y a 60% des espèces animales qui sont en train de disparaître, je pense que c’est pour cela qu’on a besoin de se bouger avant de se bouger pour l’essence". Conclusion du message: "NON. Je bloquerais kedal le 17 novembre. Et OUI. Je m'en branle de payer mon essence plus cher".

Ce post a été partagé plus de 50.000 fois et s’il a reçu des soutiens, les critiques et surtout les insultes ont été nombreuses. "Je me suis fait insulter de tous les noms, de fasciste, de pute-à-clic, de pro-Macron. J'ai pris le temps de répondre à ces messages et la moitié de ces conversations se sont terminées sur un...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi