Carburants : grève reconduite à la raffinerie de Grandpuits, Total se veut rassurant

Carburant

À la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), la poursuite du mouvement de grève contre la réforme des retraites vient d'être votée. Un appel à un blocage total des raffineries en France entre le 7 et le 10 janvier a été lancé par la CGT du groupe pétrolier, mais le groupe Total assure ne pas craindre de pénurie.

L'Assemblée générale à la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) a voté lundi la poursuite du mouvement de grève contre la réforme des retraites, alors qu'un appel à un blocage total des raffineries en France entre le 7 et le 10 janvier a été lancé par la CGT du groupe pétrolier.

Total s'est toutefois voulu rassurant quant à l'approvisionnement de son réseau, écartant tout "risque de pénurie".

"Aucun produit ne va sortir de Grandpuits qui a une capacité de stockage de 15 jours", a prévenu Thierry Defresne, délégué syndical central chez Total. 

Les salariés de la raffinerie de Grandpuits sont en grève depuis le 5 décembre, mais assurent un service minimum obligatoire. La Fédération CGT de la Chimie a appelé la semaine passée à un blocage de toutes les installations pétrolières - raffineries, terminaux pétroliers, dépôts - pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier, pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites.

"Il n'y a pas d'inquiétude pour l'approvisionnement" assure Total

"Sept raffineries sur huit" seront en grève "à partir de demain pour 96 heures", a affirmé Thierry Defresne. La CIM, le dépôt pétrolier maritime du Havre, "devrait fermer demain (mardi, NDLR) à partir de 7h pour 96 heures", a-t-il estimé. "Orly et Roissy ne seront donc plus approvisionnés en kérosène", selon lui.

Sur les huit raffineries françaises (en comptant la bio-raffinerie de La Mède), cinq dépendent (...)

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi