Carburants alternatifs : les 27 plaident pour un réseau d'infrastructures de recharge

·1 min de lecture

Les ministres des transports des Vingt-sept pays membres de l'UE plaident en faveur des carburants alternatifs. Ils souhaitent la mise en place d'un vaste réseau public d'infrastructures qui permette de recharger facilement les véhicules.

Les ministres des transports et de l'énergie des Vingt-sept se sont retrouvés pendant deux jours à Brdo pri Kranju en Slovénie pour une réunion informelle.

L'occasion de plaider en faveur des carburants alternatifs, c'est à dire autres que le pétrole. Cela peut être soit des carburants produits à partir de la biomasse, soit de l'électricité.

Les ministres souhaitent la mise en place d'un vaste réseau public d'infrastructures qui permette de recharger facilement les véhicules.

Voitures électriques

La commissaire européenne chargée des transports s'est réjouie du consensus qui s'est dégagé en faveur d'un transport à zéro émission.

Les ventes de voitures électriques sont en croissance, et nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive. Mais nous devons être prêts en terme d'infrastructures.

Adina Vălean
Commissaire européenne aux transports

Des infrastructures adaptées, cela signifie des bornes de recharge qui soient compatibles d'un pays à l'autre.

C'est ce qu'on appelle l'inter-opérabilité. Et c'est indispensable pour que les utilisateurs des véhicules électriques s'y retrouvent

Dans son _Pacte vert_, l'Union européenne s'est fixé pour objectif, une réduction de 90 % des émissions des transports d'ici 2050.

A l'horizon de 2030, la réduction des émissions de gaz polluants doit atteindre 55%.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles