Le carbone suie, lié à la pollution automobile, augmente les risques de cancer

Insu
·2 min de lecture

La pollution de l’air est responsable de milliers de décès chaque année en France. Mieux comprendre comment les différents composés de cette pollution affectent la santé est donc une priorité. Des scientifiques de l’Inserm, de l’université de Rennes 1, de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à l’Irset et de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) à l’UMS 11 se sont intéressés à un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes notamment liées au trafic automobile, le carbone suie. Alors que ce composé a déjà été lié à de nombreux problèmes de santé, leurs travaux suggèrent pour la première fois qu’une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque accru de cancer, notamment du poumon. Les résultats sont publiés dans la revue EHP le 24 mars 2021.

La pollution de l’air serait responsable de 15 % des décès du Covid-19

La pollution de l’air par les particules fines [particules d’un diamètre inférieur à 2,5µg, ou PM 2,5, d’origines naturelles et humaines] est un enjeu majeur de santé publique. Depuis plusieurs années, la littérature scientifique a mis au jour un lien entre cette pollution et le risque de cancer. En 2013, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a d’ailleurs classé l’ensemble des particules fines comme des cancérigènes certains pour l’Homme.

Toutefois, le terme de particules fines constitue une « boîte noire » : tous les composés de ces particules n’ont probablement pas le même impact sur le risque de cancer. Plusieurs candidats sont à l’étude pour expliquer leurs effets néfastes sur la santé. C’est le cas notamment du carbone suie (ou black carbon, en anglais), un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes (produisant de la suie ; ce composé est également appelé noir de carbone en raison de sa composition et de sa couleur). Ce dernier avait déjà été pointé du doigt par l’OMS comme ayant un impact général délétère sur la santé.

 Une...
Une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura