La Caravane de feu (C8) : Pourquoi John Wayne et Kirk Douglas se sont-ils brouillés sur le tournage ?

·1 min de lecture

Au milieu des années 60, les studios américains peinent à renouveler un genre cinématographique qui s’essouffle : le western. Il faut dire qu’une poignée d’excellents réalisateurs, dont Fred Zinnemann, John Ford ou encore Howard Hawks, ont réussi des classiques indétrônables, comme Le train sifflera trois fois (1952), La Prisonnière du désert (1956) et Rio Bravo (1959). Mais un certain Clair Huffaker, scénariste et écrivain, pense pourtant avoir trouvé une idée originale pour donner une nouvelle jeunesse aux films de cow-boys : réunir deux immenses stars de l’époque dans une adaptation de Badman, le roman qu’il a signé en 1958…

À lire également

Les Vikings (Arte) 5 bonnes raisons de voir ce classique avec Kirk Douglas

Un pur divertissement

Le livre, qui raconte la vengeance d’un homme spolié, attaquant une diligence blindée pleine d’or, avec l’aide d’un tueur à gages, n’a rien d’un chef d’oeuvre. Mais il a l’avantage d’être rythmé et ponctué de scènes d’action efficaces et, parfois, comiques. Clair Huffaker se rend chez Universal afin de rencontrer les producteurs. Son exposé est limpide : puisque tout a déjà été fait avec les westerns, pourquoi ne pas revenir à leur but initial, distraire le public ? Et i... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles