Capter le CO2 dans l'atmosphère sera-t-il suffisant pour limiter le réchauffement climatique ?

·2 min de lecture

Pour réussir à maintenir le réchauffement climatique sous la barre des +1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, le temps nous est désormais compté. Le rapport United in Science 2021 estime même que le monde est déjà engagé sur la voie d’un réchauffement de 2,7 °C aux conséquences catastrophiques. Pour l’éviter, il faudrait, d’urgence, réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Notre production d’énergies fossiles, par exemple, devrait reculer de 3 % par an. Mais les décisions politiques tardent toujours à être prises. Les obligations vertes imaginées par l’Europe excluent même les projets de centrales nucléaires – pourtant proches du zéro émissions – au profit des projets de développement de centrales à gaz. De quoi pousser certains à envisager désormais la géoingénierie comme la porte de sortie à cette crise climatique sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Il y a, par exemple, ceux qui voudraient injecter des particules dans la stratosphère pour faire baisser les températures. Un peu comme ce qui se passe lorsqu’un volcan entre en éruption. Mauvaise idée, nous confiait Slimane Bekki, chercheur au CNRS, il y a quelques mois. Les effets collatéraux – notamment les impacts possibles sur le cycle de l’eau et des précipitations – pourraient en effet s’avérer pires encore que ceux du réchauffement climatique anthropique.

L’injection de soufre dans l’atmosphère va-t-elle nous sauver du réchauffement climatique ?

Mais dans la grande famille des technologies de géoingénierie, il y a aussi celles que l’on présente comme des technologies à émissions négatives. Elles ont pour ambition commune de retirer durablement le dioxyde de carbone (CO2) en excédent dans notre atmosphère. Les experts parlent aussi de technologies CDR – pour carbon dioxide removal. Et le Groupe d’experts intergouvernemental pour le climat (Giec) semble aujourd’hui confirmer que les objectifs de l’Accord de Paris ne pourront être atteints sans recours à ce type de technologies.

Géoingénierie climatique : bonne ou mauvaise idée ?

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles