Capter le CO2 pour en faire du gaz propre, une innovation française à Fos-sur-Mer

C'est peut-être à Fos-sur-Mer que se joue une partie de la souveraineté énergétique française. Alors que des pénuries sont à craindre pour l'hiver prochain et que la transition énergétique nécessite d'être moins dépendant des énergies fossiles, différentes options se développent dans le pays. Parmi elles, la production d'un gaz "propre" issu d'énergies renouvelables et donc made in France. Voilà le projet que mène actuellement GRTgaz sur le site de Fos-sur-Mer, où un démonstrateur vient de franchir une étape importante : après l'hydrogène, c'est désormais du gaz de synthèse qui est produit.

 

>> LIRE AUSSILa France veut des stocks gaziers remplis à près de 100% au début de l'automne, dit Borne

Au cœur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, Sylvain Lemelletier est le directeur du projet pour GRTgaz, donne quelques explications au micro d'Europe 1. "Nous sommes ici sur le site Jupiter 1000 qui est un démonstrateur de "Power to gaz", c'est-à-dire transformer de l'électricité renouvelable en gaz. La particularité sur ce site, c'est qu'on va le transformer tantôt en hydrogène, tantôt en e-méthane".

"Remplacer jusqu'à 20% du gaz consommé aujourd'hui, par des gaz renouvelables"

Ce gaz de synthèse est donc issu à la fois du CO2, capté depuis les cheminées de l'usine de sidérurgie située juste à côté, et de l'hydrogène vert produit sur place. Une solution qui pourrait prendre de l'ampleur selon Anthony Mazzenga, directeur hydrogène de GRTgaz. "En 2030, on peut r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles