Donald Trump a tout perdu mais sème le chaos au parti républicain

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Donald Trump arrivant en Géorgie le 4 janvier 2021 (AP Foto/Evan Vucci, Archivo) (Photo: ASSOCIATED PRESS)
Donald Trump arrivant en Géorgie le 4 janvier 2021 (AP Foto/Evan Vucci, Archivo) (Photo: ASSOCIATED PRESS)

ÉTATS-UNIS - Après avoir polarisé pendant près de quatre ans l’opinion publique américaine, Donald Trump aura mené jusqu’au bout le Parti républicain au bord du précipice. Les événements de ce mercredi 6 janvier, au cours desquels des dizaines de partisans du président ont envahi le Capitole de Washington pour tenter d’empêcher la certification des résultats portant Joe Biden à la présidence, n’ont à cet égard finalement que peu surpris.

Depuis sa défaite le 3 novembre, Donald Trump n’a cessé de jeter de l’huile sur le feu en dénonçant à tour de bras des ”élections truquées”, jetant l’opprobre sur le fonctionnement des élections et mettant en lumière des théories complotistes et violentes. Quelques instants avant que ses partisans ne franchissent les barrages policiers, il les avait d’ailleurs lui-même incités ”à marcher sur le Capitole”.

Si évidemment la démocratie américaine sort ébranlée de ces effusions, la séquence qui s’achèvera le 20 janvier avec l’investiture de Joe Biden (à laquelle le sortant ne participera pas) pousse le Parti républicain à un examen de conscience. Après quatre ans de trumpisme, le Grand Old Party ressemble plus que jamais à une hydre à deux têtes.

Trump lâché par des alliés

Bien sûr après les événements du Capitole, mollement condamnés par l’actuel locataire de la Maison Blanche qui a dû s’y reprendre à deux reprises, d’éminentes personnalités et élus du parti, ainsi que plusieurs fidèles ont décidé de couper les ponts et de ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.