Capitole : "Les États-Unis incarnent l’espace mental de nos démocraties, réduit à une pensée binaire systématique"

·1 min de lecture

Sarah Roubato, écrivain et anthropologue franco-canadienne, revient sur l'émeute au Capitole par les partisans de Donald Trump. Cette dernière incarne, selon elle, une crise démocratique qui ne touche pas que les États-Unis.

Les États-Unis sont toujours apparus comme une caisse de résonance amplifiée de l’état des démocraties occidentales. Les images de l’effondrement des tours du World Trade Center résument pour nous l’entrée dans le XXIe siècle. Celles de la prise du Capitole rentreront dans le triste catalogue. Les déclarations au sommet du président Macron que " ce qui est arrivé aux États-Unis n’est pas américain ", et du président élu Joe Biden que " les scènes de chaos au Capitole ne représentent pas ce que nous sommes ", nous montrent bien que c’est exactement le contraire qu’il se passe. Ce qui s’est passé au Capitole est bien une partie de ce que les démocraties occidentales sont en train de devenir et qu’il faut regarder en face et tenter de comprendre.Les États-Unis sont en train d’incarner l’espace mental de nos démocraties réduit à une pensée binaire systématique. Deux partis, deux couleurs, oui ou non, pour ou contre comme toute réponse à des questions complexes. Cette binarité, nous la connaissons bien ici. Elle envahit nos débats publics, nos médias, nos écoles : on ne peut être que pro ou anti, progressistes ou réac, tolérants ou racistes, ouverts ou fermés. La simplification, l’exagération, la diabolisation sont des processus banalisés. À l’ère de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Intrusion dans le Capitole : le Waterloo de Donald Trump

"Maïdan à Washington" : Moscou jubile devant l'invasion du Capitole aux Etats-Unis

Etats-Unis : 45% des électeurs républicains sont favorables à l'assaut du Capitole, selon un sondage

États-Unis : ces failles de sécurité qui ont permis l'intrusion des militants pro-Trump au Capitole

Cour de récré : après l'invasion du Capitole, Mélenchon et LREM se disputent pour savoir qui menace la démocratie en France