Les capacités d’espionnage de l’Iran dopées par un satellite de la Russie

·1 min de lecture

L'Iran va profiter de la high tech russe. La Russie va fournir à l'Iran un satellite sophistiqué, Kanopus-V, doté d'une caméra à haute résolution, selon le Washington Post. Ce satellite permettra à la République islamique de surveiller les installations de ses adversaires dans tout le Proche-Orient, explique le quotidien en citant des responsables actuellement ou anciennement en poste aux Etats-Unis et au Proche-Orient. Ces informations interviennent à quelques jours du sommet prévu le 16 juin à Genève entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden qui effectue sa première tournée à l'étranger depuis sa prise de fonctions en janvier.

Elles pourraient venir s'ajouter à la longue liste de griefs de Washington envers Moscou qui comprend entre autres des accusations d'interférences électorales ou de piratages informatiques. Le lancement du satellite pourrait être réalisé dans les prochains mois et est le fruit de multiples voyages en Russie effectués par des dirigeants des Gardiens de la Révolution iraniens, ajoute le Washington Post. Le satellite serait lancé depuis la Russie et contient du matériel fabriqué en Russie, selon les sources du journal. Même s'il n'a pas les capacités des satellites américains, l'Iran pourrait s'en servir à des fins d'espionnage sur des localisations spécifiques.

>> A lire aussi - Arabie saoudite : frappe de missile d’alliés de l’Iran contre une usine Aramco

Cela fait naître des craintes à propos d'un partage d'informations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après l'adoption du Bitcoin par le Salvador, le FMI tire la sonnette d'alarme
Royaume-Uni : la croissance s’envole avec le déconfinement, mais le Covid-19 revient
Explosion des loyers des studios dans les villes étudiantes, erreurs en série sur le calcul de votre retraite... Le flash éco du jour
Covid-19 : deux nouveaux cas détectés à bord d'un bateau de croisière en Amérique du Nord
Covid-19 : le G7 promet un milliard de vaccins aux pays pauvres