Cantines scolaires : à Lille, des détecteurs de CO2 pour réduire les risques de contamination au Covid-19

La cantine est le lieu le plus à risque à l'école. Les élèves n'y portent pas de masques, et la distanciation n'est pas toujours aisée à respecter. Aussi, la circulation du virus peut y être très forte. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les établissements d'adaptent. À Lille (Nord), la mairie a investi dans un nouvel outil : des capteurs de CO2, qui permettent de d'alerter quand l'air du réfectoire est trop chargé en CO2, un indicateur d'un risque de concentration du virus. 25 cantines équipées à Lille D'après une étude récente, un doublement des taux de CO2 dans l'air multiplie par deux le risque de transmission du virus. "Le Covid se transmet via l'air, donc le fait de renouveler l'air permet justement d'éviter qu'on ait des concentrations de virus importantes et de limiter les transmissions", indique Corentin Jobb, conseiller médical en environnement intérieur. À Lille, la moitié de 50 cantines de la ville sont déjà équipées de ces boitiers, et les équipes ont été sensibilisées à aérer le réfectoire toutes les 15 minutes. Ces appareils présentent aussi un intérêt dans les salles de classes, où les syndicats d'enseignants souhaitent les voir se généraliser.