La cantine sans viande à Lyon ou comment la majorité s'est fracturée sur un menu

Anthony Berthelier et Astrid de Villaines
·2 min de lecture
Et la majorité se fractura sur un menu à la cantine (photo d'illustration prise le 3 septembre 2018 à Laval) (Photo: LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)
Et la majorité se fractura sur un menu à la cantine (photo d'illustration prise le 3 septembre 2018 à Laval) (Photo: LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

POLITIQUE - Effiloché de cacophonie à la sauce marcheuse. Depuis que la mairie de Lyon a fait le choix de distribuer un menu unique sans viande dans les cantines des écoles pour des raisons sanitaires, deux camps se dessinent dans la majorité: ceux qui s’insurgent contre une “posture aberrante” d’un côté. Et ceux qui regrettent, de l’autre, un débat “préhistorique”... lancé par leurs propres collègues.

Des questions éruptives au point de provoquer l’un des plus gros couacs de la mandature pour un sujet aussi mineur? Le niveau de tension dans la majorité est en tout cas monté au point de voir l’un des porte-paroles du parti présidentiel s’en prendre publiquement à Barbara Pompili, la numéro 3 du gouvernement pour avoir critiqué les “clichés éculés” véhiculés par ses collègues Darmanin ou Denormandie, eux, vent debout contre les écolos lyonnais.

“Le pragmatisme comme l’amour de la science et la loyauté sont des concepts qui vous sont étrangers”, écrivait ainsi Jean-Baptiste Moreau lundi soir sur son compte Twitter à l’adresse de la ministre de la Transition écologique dans une attaque aussi virulente que peu courante en macronie.

Inacceptable pour Hugues Renson, le vice-président LREM de l’Assemblée -et co-fondateur avec Barbara Pompili du parti En Commun- qui estime, ce mardi dans Libération, que le député “ne peut plus rester” porte-parole du parti majoritaire. Et voilà comment le menu des cantines scolaires à Lyon fait apparaître les profondes divisions d’un groupe déjà éprouvé par les débats interminables sur la loi sur les “séparatisme...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.