Canteloup se métamorphose en Alessandra Sublet et c'est stupéfiant

MÉDIAS - C’est ce qu’on appelle en boucher un coin. Après s’être métamorphosé en Donald Trump et Nicolas Sarkozy, l’humoriste de TF1 Nicolas Canteloup a semble-t-il trouvé une nouvelle source d’imitation.

Ce jeudi 13 février, à l’occasion de la diffusion du troisième épisode de “La grande métamorphose”, ce dernier va se transformer en Alessandra Sublet, la présentatrice de l’émission, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de l’article que Le HuffPost s’est procurée en exclusivité.

L’animatrice le découvre en temps réel, au moment de dire au revoir aux téléspectateurs. “Ah mais non, demain c’est moi. Je suis en train de me préparer pour ça”, explique l’imitateur habillé d’un peignoir et d’une serviette sur la tête. Son visage a été remplacé par celui d’Alessandra Sublet.

“C’est quand même assez dingue de se voir comme ça. Pardon, mais comment ça [à demain]?” lui demande-t-elle, on ne peut plus interloquée. “Bah c’est moi qui présente à ta place. Comme ça toi, tu pars en vacances à Saint-Barth”, lui répond Canteloup. “C’est bien ma tête, je le vois bien. Mais c’est plutôt la voix de mon frère”, conclut la présentatrice sous les rires du public. 

Un procédé emprunté au cinéma

Comme pour les précédentes fois, ce n’est pas un tour de magie. S’il parvient à emprunter le visage et les expressions du septuagénaire, c’est grâce à un procédé technique connu sous le nom de “morphing”, directement emprunté au cinéma.

Comme l’explique Jean-Marc Dumontet, producteur de l’humoriste, à LCI, le procédé n’est pas particulièrement compliqué. Il suffit de fournir à une sorte d’intelligence artificielle un stock conséquent d’images des visages dont elle doit enregistrer les traits et les expressions. 

“Ensuite, nous les avons superposés, l’une après l’autre, sur les images tournées pour l’émission. Lorsque Nicolas parle, la bouche et les dents, mais aussi les expressions faciales, sont celles de la personne qu’il est en train d’imiter”, explique le producteur. 

À voir...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post