Cannes: des voleurs dépouillaient des personnes âgées depuis le mois de novembre

Justine Chevalier
·2 min de lecture
Véhicule de police (illustration) - Bertrand GUAY / AFP
Véhicule de police (illustration) - Bertrand GUAY / AFP

Un réseau expérimenté, des voleurs habiles et des victimes vulnérables. Depuis le mois de novembre, une bande de voleurs à la tire, des femmes en grande majorité, sévissait sur la Côte-d'Azur, à Cannes, Antibes et Cagnes-sur-Mer. Elle s'attaquait à des personnes âgées pour leur dérober carte bancaire et effets personnels.

En trois mois, ce réseau a fait 40 victimes. Les femmes repéraient leur proie dans les commerces, avant d'observer leur code de carte bancaire. Elles suivaient ensuite leurs victimes puis sévissaient dans des endroits isolés ou clos pour récupérer leur carte bancaire ou argent liquide.

Des victimes de 80 ans en moyenne

Ces voleuses, majoritairement âgées d'une vingtaine d'années, s'essayaient dans les ascenseurs, dans les bus ou au domicile des victimes. Dans le bus, elles pouvaient agir à trois, une occupant le chauffeur, une autre bloquant la personne âgée, tandis que l'autre lui dérobait ses affaires. Au domicile, elles prétextaient vouloir aider leur cible avant de la voler.

Profitant de la vulnérabilité de leurs victimes, âgées en moyenne de 80 ans, elles réalisaient ensuite des achats ou retiraient de l'argent au distributeur avant que la personne réalise qu'elle s'était fait voler et qu'elle fasse opposition. D'autres membres, tous originaires de Croatie et de Bosnie, mais implantés en France depuis des années, composaient ce réseau en bande organisée, où les rôles étaient parfaitement répartis.

8 interpellations

L'enquête menée s'est attachée à identifier les membres de ce réseau. Un travail rendu plus difficile avec le port du masque, et parce que les voleurs tentaient de dissimuler leur apparence physique avec des casquettes ou des bonnets. Les investigations ont reposé sur des exploitations vidéo, des recoupements et une surveillance de ces individus.

Mardi, une opération impliquant 53 policiers de la sûreté urbaine de Cannes a permis l'interpellation de huit personnes, sept femmes et un homme. Placées en garde à vue, elles devraient être déferrées vendredi. L'enquête va désormais se poursuivre pour identifier les autres membres, parfois issus de la même famille.

Article original publié sur BFMTV.com