Cannes manque-t-il au cinéma africain ?

Falila Gbadamassi

Une édition 2019 qui décerne la Palme d'Or à un film intitulé Parasite et un virus qui prive la planète cinéma de Festival de Cannes, notait un internaute dans un tweet. Le prestigieux rendez-vous cinématographique semble avoir écrit le scénario d'une absence que ses organisateurs ont tenté d'éviter jusqu'au dernier moment. D'ailleurs, le 3 juin 2020, la sélection de la 73e édition sera tout de même dévoilée. Un label sera décerné aux œuvres choisies. Sur la Croisette, les films originaires du continent se comptent souvent sur les doigts d'une main. La grand messe du septième art, qui n'a pas eu lieu du 12 au 23 mai 2020 comme prévu, manque-t-elle à une cinématographie qui y est habituellement très peu représentée ? Comédiennes, acteur, productrice, directeurs de festival, réalisateurs, critiques de cinéma nous répondent.

Dora Bouchoucha, productrice et directrice du Festival Manarat

"Depuis quelques années, le cinéma africain, celui du Maghreb sont beaucoup mieux représentés qu'avant dans les festivals de classe A, à savoir les grands festivals. L'année dernière, à Cannes, il y avait un film africain dans toutes les sections et les sélections parallèles. Nos œuvres ont le vent en poupe. On les retrouve à Berlin, à Venise, à Toronto... En Tunisie, au Maroc, on produit de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi