Cannes 2024: «La jeune fille à l’aiguille», une œuvre magistrale de Magnus von Horn

« The Girl with the Needle », en lice pour la Palme d’or, est jusqu’ici l’histoire la plus captivante et poignante du Festival de Cannes. Tournée par le réalisateur suédo-polonais Magnus von Horn dans un noir et blanc contemporain pour rendre le récit universel, intemporel et d’une actualité brûlante. À Copenhague, à la fin de la Première Guerre mondiale, l’ouvrière couturière Karoline lutte pour sa survie après la disparition de son mari au front. Enceinte du patron de l’usine, elle cherche une solution pour se débarrasser de son bébé et rencontre Dagmar qui a créé un centre d’adoption clandestin dans sa boutique de bonbons. Entretien.

RFI : Votre film La jeune femme à l'aiguille est inspiré d'une histoire vraie qui s'est déroulée il y a plus de cent ans, à la fin de la Première Guerre mondiale. Pourquoi est-elle suffisamment contemporaine pour que nous puissions nous identifier à cette histoire encore aujourd'hui ?

À lire aussiFestival de Cannes: qui gagnera la Palme d’or 2024?

Dans le film, les personnages masculins sont pratiquement tous faibles ou handicapés. Quant aux femmes, elles sont fortes, indépendantes, mais aussi très cruelles. Ce sont elles, les maîtres sur la vie et la mort. La jeune fille à l’aiguille, est-ce un film féministe ?

Quel est le rôle de la musique qui sonne parfois comme une sonate « mitrailleuse » ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Festival de Cannes: qui gagnera la Palme d’or 2024?
Festival de Cannes 2024: «Les filles du Nil» de Nada Riyadh et Ayman El Amir à la Semaine de la critique
Journal du Festival de Cannes 2024: jeunesse et transformations en compétition